Rêve ou vision ? Par Mohammed Hifad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rêve ou vision ? Par Mohammed Hifad

Message par Mohammed Hifad le Mar 28 Avr - 13:31


Rêve ou vision ?
Par Mohammed Hifad

J’ai fait un rêve étrange la nuit du vendredi 24 avril 2015 : j'ai discuté avec le Prophète Mohamed.

Ce sont normalement des choses intimes qu’on garde pour soi mais une fois n’est pas coutume ..
Par intégrité intellectuelle et respect , je vous le raconte tel quel , à la manière des anciens clairvoyants, en transformant ainsi ce rêve en une situation initiale qui aura sa symétrie comme l’ancienne vision du Prophète Youssef(Joseph )dans le Coran.

Après l’avoir touché de la main droite en guise de salut , je lui ai dit que je garde toujours ma foi et je lui ai expliqué ma conception de « Dieu » après avoir cessé d ‘être un croyant pratiquant il y a bien longtemps.Il a l’air d’apprécier cette position.

Il m’a dit qu’il vous faut parler (qui est ce vous ?) de Zamakhchari.
Je lui ai dit que moi je suis un Amazigh et non un Arabe.

En me réveillant , j’ai retenu ce nom que je ne connais pas.

Le lendemain , j’ai donné ce nom au moteur de recherche et j’ai découvert qu’il s’agit du grand mathématicien et théologien perse Al Khawarizmi que je connais bien.Il est un adepte de la doctrine d’Al mouatazila qui met la raison au dessus de la Sunna des Hadiths et du Coran pour le règlement de certains problèmes.

Si j’ai bien compris, il me compare ou me met sur la voie d’Al Khawarizmi ??
avatar
Mohammed Hifad
Admin

Messages : 90
Date d'inscription : 05/04/2015
Age : 68

Voir le profil de l'utilisateur http://mogadorsept.forumaroc.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêve ou vision ? Par Mohammed Hifad

Message par Mohammed Hifad le Mar 28 Avr - 19:26

Le plus troublant pour moi , c'est que je ne connaissais pas le nom de Zamakhchari et je ne sais d’Al Khwarizmi que le fait qu’il mathématiciens et le père de l’algébre.
En méditant ces cinq principes :
« « Le mutazilisme met l'accent sur cinq principes.
• Le monothéisme (tawhid) : Dieu ne peut être conçu par l'esprit humain. Ainsi, ils affirment que les versets du Coran décrivant Dieu comme étant assis sur un trône sont allégoriques. Les motazilites affirment que le Coran ne peut pas être éternel, mais a été créé par Dieu, sinon l'unicité de celui-ci serait impossible. Ils poussent leur conception allégorique à l'extrême et nomment leurs opposants anthropomorphistes.
• La justice divine (adl) : devant le problème de l'existence du mal dans un monde où Dieu est omnipotent, ils mettent en avant le libre arbitre des êtres humains et présentent le mal comme généré par les erreurs de ceux-ci. Dieu ne fait pas le mal et demande aux hommes de ne pas le faire non plus. Si les actes maléfiques d'un homme provenait de la volonté de Dieu, alors la notion de punition perdrait son sens car l'homme suivrait la volonté divine quels que soient ses actes. Le mutazilisme s'oppose donc à la prédestination.
• Promesse et menace (al-Wa'd wa al-Wa'id) : ce principe regroupe les questions sur le dernier jour et le jour du jugement où Dieu récompensera, avec ce qu'il leur a promis, ceux qui lui ont obéi, et punira ceux qui ont désobéi avec la damnation et les feux de l'enfer.
• Le degré intermédiaire (al-manzilatu bayn al-manzilatayn) : ce principe, qui a été le premier à distinguer les mutazilites, affirme que le musulman qui commet un grand péché (meurtre, vol, fornication, fausse accusation de fornication, etc.) ne doit être considéré, dans la vie d'ici-bas, ni comme croyant ou musulman (comme pensent lessunnites), ni comme mécréant (kâfir, comme pensent les khâridjites), mais plutôt dans un degré intermédiaire entre les deux. Si le pécheur se repent avant sa mort, il sera considéré à nouveau comme croyant. S'il ne se repent pas, il sera considéré comme mécréant et méritera l'enfer.
• Ordonner le bien et blâmer le blâmable (al-amr bil ma'ruf wa al-nahy 'an al munkar) : ce principe permet la rébellion contre l'autorité, si celle-ci est injuste, comme un moyen d'empêcher le mal.
Chacun de ces principes est différent, parfois sur de simples points de détail, de ceux prônés par les écoles théologiques de l'islam de l'époque.. » »
• 1/Pour le premier « Le monothéisme (tawhid) : Dieu ne peut être conçu par l'esprit humain. Ainsi, ils affirment que les versets du Coran décrivant Dieu comme étant assis sur un trône sont allégoriques. Les motazilites affirment que le Coran ne peut pas être éternel, mais a été créé par Dieu, sinon l'unicité de celui-ci serait impossible. Ils poussent leur conception allégorique à l'extrême et nomment leurs opposants anthropomorphistes. »
Dans ma théorie de la symétrie j’admets une Force occulte dont je ne perçois que les manifestations externes dans son interaction avec mes actions , sentiments , pensées , les événements et les phénomènes naturels.Elle est innommable , indescriptble et dépasse mon entendement .J’admets aussi qu’Allah est supérieur au Coran et peut le changer quand Il veut ou ne pas en tenir compte s’Il le veut et faire dérogation à qui Il veut Egalement, je trouve qu’il vérifie la vraisemblance événeentielle , c’est-à-dire qu’il est descendu dans le respect de l’ordre établi ici bas de la symétrie , qu’il est composé d’un certain nombre de situations initiales et symétriques et que c’est dans ces dernières que se manifeste sa Justice et son Décret. Les théologiens parlent d’Istinsakh, un verset qui annule le précedent sur le même sujet. Cela correspond parfaitement au contenu de ce principe et je peux aussi traiter les autres d’anthropoorphistes.
• 2/Pour le 2e princie : « La justice divine (adl) : devant le problème de l'existence du mal dans un monde où Dieu est omnipotent, ils mettent en avant le libre arbitre des êtres humains et présentent le mal comme généré par les erreurs de ceux-ci. Dieu ne fait pas le mal et demande aux hommes de ne pas le faire non plus. Si les actes maléfiques d'un homme provenait de la volonté de Dieu, alors la notion de punition perdrait son sens car l'homme suivrait la volonté divine quels que soient ses actes. Le mutazilisme s'oppose donc à la prédestination. »
Je dis aussi que l’homme est libre d’agir , de sentir et de penser en toute liberté dans les situations initiales dues à ce qu’on appelle le hasard mais il devient passif et subit en bien et en mal ses propres actions, sentiments et pensées de ses initiales dans leurs symétries dues à ce qu’on appelle le Destin, la fatalité, Dieu etc.Dans les symétries s’exerce la Justice divine.Elle équilibre, purifie et annule définitivement les constituants de la situation initiale.C’est la fameuse balance événementielle ou ce qu’on appelle le jugement dernier mais ici et maintenant.Pour moi aussi , rien n’est écrit d’avance.Chacun écrit sa propre destinée.
• 3/Pour le 3e principe : « Promesse et menace (al-Wa'd wa al-Wa'id) : ce principe regroupe les questions sur le dernier jour et le jour du jugement où Dieu récompensera, avec ce qu'il leur a promis, ceux qui lui ont obéi, et punira ceux qui ont désobéi avec la damnation et les feux de l'enfer. »
Je mets en garde aussi mes semblables contre un retour défavorable de leurs symétries ici et maintenant en leur donnant des exemples vécus par moi-même, par d’autres et ensuite par eux-mêmes.Pour moi la menace est implicite.
• 4/Pour ce 4e principe : « Le degré intermédiaire (al-manzilatu bayn al-manzilatayn) : ce principe, qui a été le premier à distinguer les mutazilites, affirme que le musulman qui commet un grand péché (meurtre, vol, fornication, fausse accusation de fornication, etc.) ne doit être considéré, dans la vie d'ici-bas, ni comme croyant ou musulman (comme pensent lessunnites), ni comme mécréant (kâfir, comme pensent les khâridjites), mais plutôt dans un degré intermédiaire entre les deux. Si le pécheur se repent avant sa mort, il sera considéré à nouveau comme croyant. S'il ne se repent pas, il sera considéré comme mécréant et méritera l'enfer. »
Je ne me réfère pas comme eux à la religion mais à la Force de la symétrie et les mécanismes qui régissent sa dynamique.Dans mon approche événementielle , aucun homme n’a le droit de juger son semblable en le condamnant au nom de la religion ou autre , en le traitant de kafir , mécréant ou autre même si c’est dit dans le Coran car c’est ne pas croire à la Justice divine ici sur terre dont la symétrie est la manifestation concrète la plus évidente.Si je qualifie quelqu’un de criminel ou de mécréant d’une manière injuste dans une situation initiale , je risque d’être transformé moi-même en vrai criminel et vrai mécréant dans sa symétrie par punition divine.
J’ai analysé le crime d’un individu de la région de l’Arbâa d’Ida Ouguerd, région de Mogador , à partir du dossier de la gendarmerie et du témoignage du fils de la femme assassinée..Cette femme a voulu marier son fils ainé et elle a proposé à son frère de lui acheter un terrain .Il lui a dit d’attendre jusqu’au mercredi , le jour du souk, pour qu’il puisse vendre quelques animaux.Le mercredi, cette femme n’est pas allée chez son frère ayant reçu la visite de quelques personnes mais le lendemain jeundi ,elle est allée chez lui de nuit.Le lendemain vendredi , il est venu apprendre aux fils de celle-ci qu’elle est morte en tombant dans la citerne chez lui.
Ces derniers ont vite compris qu’il l’a tuée pour ne pas avoir accepté le prix qu’il lui a proposé et veut l’empêcher de vendre à quelqu’un d’autre.Il a donné la somme de 20.000 DH aux gendarmes et aux pompiers pour admettre qu’il s’agit d’un suicide et non d’un assassinat.Une année ou deux après alors qu’il est allé au souk larbâa vendre des animaux , un voleur l’a vu empocher l’argent et l’a suivi sur la route.Arrivé à un endroit, certainement celui où il a décidé dans l’initiale de tuer sa soeur , ce voleur lui vient par derrière , a voulu le frapper à la tête et comme il a esquivé un peu le coup , celui-ci lui coupe le bras et le laisse sur place dans son sang.Il a cherché l’argent sans rien trouver sur lui car il l’a mis au milieu du foin du chouari qu’il donne à sa bête.Quelqu’un l’a trouvé là.Ils l’ont emmené d’urgence en ville , est décédé des suites de ses bessures et de sa perte du sang , est mis dans la même morgue où on avait mis sa soeur durant l’enquête et entérré comme elle dans le même cimetière sans jamais trouver l’assassin.
5/Pour le cinquième principe : « Ordonner le bien et blâmer le blâmable (al-amr bil ma'ruf wa al-nahy 'an al munkar) : ce principe permet la rébellion contre l'autorité, si celle-ci est injuste, comme un moyen d'empêcher le mal. »
Essayer de faire du bien dans l’initiale ;a/ s’il revient à l’identique dans sa symétrie , il faudra le répéter dans une autre initiale mais s’il se transforme en mal dans sa symétrie, cela veut dire qu’il n’est pas conforme au bien universel et qu’il faut donc le changer et ne pas le reprendre ou le reprogrammer dans une nouvelle initiale.
Plus vos actions, vos sentiments et vos pensées de la situation initiale vous reviennent à l’identique dans sa symétrie , plus vous évitez de nager à contre courant , vous rendez la dynamique de la symétrie en votre faveur et vous atteignez le plus haut degré dans la mystique événementielle.



avatar
Mohammed Hifad
Admin

Messages : 90
Date d'inscription : 05/04/2015
Age : 68

Voir le profil de l'utilisateur http://mogadorsept.forumaroc.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum